Le succès de The First Descendant : la tendance des jeux de service en direct toujours en tête

Le succès de The First Descendant prouve que la tendance des jeux de service en direct est juste

Les critiques du modèle de monétisation

The First Descendant a été critiqué pour ses pratiques de monétisation, suivant ainsi les pas de nombreux autres jeux qui ont été accusés de la même chose. De EA FC/FIFA à Overwatch, en passant par Warhammer, Kingdom Hearts, Diablo, Mortal Kombat, Star Wars et Foamstars, la monétisation est omniprésente dans l'industrie du jeu vidéo.

Un succès malgré les critiques

Malgré ces critiques, The First Descendant a connu un succès rapide, avec un pic de 250 000 joueurs lors de sa première semaine et une place dans le top 7 des charts Steam. Mais pourquoi les joueurs continuent-ils de jouer à ces jeux malgré leur modèle de monétisation controversé ?

Les jeux de service en direct : une économie de boom et de buste

Les jeux de service en direct fonctionnent selon un modèle économique de boom et de buste, où les joueurs sont attirés par les nouveautés et les mises à jour, mais où les mécaniques de jeu et les pratiques de monétisation sont souvent critiquées. Pourquoi les joueurs continuent-ils de jouer à ces jeux malgré ces critiques ?

La recherche du plaisir de jouer

Chacun cherche son plaisir de jouer dans des jeux différents. Certains aiment le grind, d'autres aiment les expériences narratives, etc. Mais pourquoi les joueurs continuent-ils de jouer à des jeux qui ont été accusés de pratiques de monétisation agressive et de mécaniques de jeu répétitives ?

La tendance inquiétante

Le succès de The First Descendant prouve que la tendance des jeux de service en direct est toujours présente dans l'industrie du jeu vidéo. Mais pourquoi les joueurs continuent-ils de jouer à ces jeux malgré les critiques et les controverses ? Est-ce que nous allons continuer à supporter ces pratiques de monétisation ou allons-nous demander plus de transparence et de respect pour les joueurs ?


8 juillet 2024
Écrit par Laura Marques